Questions fréquemment posées

Voici les réponses à vos questions:

Avant l’achat

{"active":false,"collapsible":true,"heightStyle":"content","event":"click"}

Quelle cheminée est appropriée pour l’exploitation d’un poêle-cheminée?

La cheminée est pour le poêle-cheminée ce que le moteur est pour la voiture. Sans cheminée de dimensions correctes, une combustion bonne et efficace ne peut pas être garantie. Des cheminées trop basses ou de section transversale trop grande ont souvent un tirage très mauvais, n’étant pas suffisant pour les poêles-cheminées modernes. Avant l’installation d’un poêle, il est indispensable de faire réaliser un calcul de cheminée par un installateur ou un constructeur de cheminées compétent afin de garantir un fonctionnement optimal du foyer. Règle catégorique: La cheminée doit être isolée et avoir une hauteur effective d’au moins 4-5 m. La section transversale devrait se situer entre 15 cm et 18 cm, pour assurer un tirage de 15-20 pascal. Au cas où votre cheminée ne présenterait pas ces valeurs, votre installateur vous fournira des informations concernant un aménagement ou une transformation de cheminée.

Quelle puissance calorifique nominale devrait avoir mon poêle-cheminée?

Faire le bon choix de la taille du poêle-cheminée tout en se conformant aux besoins en chaleur donnés et aux besoins de l’exploitant est primordial pour assurer une bonne fonction et une exploitation économique du foyer. Dans le cas de bâtiments présentant une isolation moyenne ou bonne et une hauteur de plafond normale, on nécessite env. 1kW pour 10m². Néanmoins, un calcul des besoins en chaleur devrait être effectué par l’installateur. Pour un volume allant jusqu’à  150 m³, l’installateur peut appliquer le procédé simple de détermination des besoins en chaleur de pièces individuelles selon la norme DIN 18893. Pour de plus grandes pièces à  partir de 200 m³ de volume, c’est la norme DIN EN 12831 qui doit être appliquée ; à  partir de 150 m³, ces applications sont à considérer comme recommandations.

Que signifie type de construction 1-2, et quel rapport y a-t-il entre le type de construction et le raccord multiple?

Le type de construction 1 signifie que le poêle-cheminée dispose d’une porte de foyer fermant automatiquement et qu’il est donc approprié pour le raccord multiple. Cela signifie qu’il peut être raccordé avec d’autres poêles-cheminées (3 poêles au maximum) à une même cheminée. Un poêle du type de construction 2 ne dispose pas d’une telle porte et ne peut être exploité en raccord multiple que sous des circonstances spécifiques, par exemple s’il dispose d’un allumage par empilement. 

Quelle est la différence entre un allumage à plat et un allumage par empilement?

La plupart des poêles-cheminées courants disposent d’un allumage à plat. Cela signifie que le sol de la chambre de combustion se trouve directement à  hauteur de la vitre ou de la porte de foyer. Ces poêles fonctionnent principalement avec du bois. L’allumage augmenté confère une flambée très attrayante et une chaleur très élevée rayonnant à travers la vitre.

L’allumage par empilement est utilisé principalement dans les poêles à feu continu. Dans ces poêles, le sol de la chambre de combustion se trouve nettement au-dessous de la porte de foyer. De cette manière, on obtient une combustion très efficace et de longue durée; ce procédé est particulièrement approprié pour la combustion de lignite. Les poêles à feu continu n’ont généralement pas de vitres de visibilité, ou bien ces vitres sont très petites.

De quelle manière mon poêle-cheminée est-il alimenté en air de combustion?

Généralement, le feu du poêle-cheminée est suffisamment alimenté en air provenant de la pièce ou le poêle est installé. Cependant, la forte densité de construction des immeubles d’habitation peut mener à ce qu’il n’y ait pas suffisamment d’air pour l’exploitation d’un poêle-cheminée. En vue de garantir l’alimentation en air, les poêles-cheminées peuvent être alimentés par le biais d’une conduite d’air apportant l’air de combustion. Dans les nouvelles constructions et les remises en état de bâtiments, cette amenée d’air externe devrait être prévue dès la phase de planification. 

Quand un poêle-cheminée à air pulsé est-il nécessaire?

Pour les pièces d’habitation équipées d’installations de ventilation, des mesures de sécurité sont préconisées, car ces installations de ventilation peuvent générer une sous-pression d’air. Des gaz de fumée pourraient parvenir dans la pièce en s’échappant par les ouvertures d’arrivée d’air du poêle-cheminée par lesquelles pénètre l’air de combustion provenant de la pièce ou est installé le poêle. 
Pour prévenir ce risque, nous avons conçu des modèles de poêles-cheminées fonctionnant indépendamment de la pression de l’air ambiant. 
Les poêles-cheminées à air pulsé certifiés ont un numéro d’agrément de l’Institut allemand pour la Technique de construction (DIBT) et doivent répondre à des exigences particulières (telles que entre autres l’observation de valeurs d’étanchéité plus élevées - même après des sollicitations mécaniques et thermiques; une porte de poêle-cheminée auto-verrouillante et un raccordement externe d’air de combustion). Consultez votre installateur avant l’achat de votre poêle-cheminée pour savoir si vous nécessitez un tel poêle.

Première mise en service

{"active":false,"collapsible":true,"heightStyle":"content","event":"click"}

Fumée et génération d’odeur lors de la mise en service.

La laque réfractaire du poêle doit d’abord se roder lors de la première chauffe. Cela peut générer de la fumée, chose tout à fait normale. Ouvrez si possible fenêtres et portes et veillez à une bonne aération de la pièce. Si, lors de processus de chauffage ultérieurs, la température dépasse les pointes de température atteintes antérieurement, le phénomène de rodage de la laque spéciale est susceptible de se répéter.

Entrebâillement de la porte de foyer lors de la première chauffe.

Lors de la première chauffe, la porte de foyer devrait rester légèrement entrebâillée (max. 1 cm) sous surveillance constante, car il pourrait se produire un collement du cordon d’étanchéité durant cette phase de rodage.

Durant la phase de chauffe

{"active":false,"collapsible":true,"heightStyle":"content","event":"click"}

Échappement de fumée lors de recharge de combustible.

L’échappement de petites quantités de fumée et de cendres volantes à  l’ouverture de la porte de la chambre de combustion (particulièrement chez les appareils à grande vitre de visibilité) est malheureusement inévitable. Avant de remettre du combustible, attendez qu’il n’y ait plus que de la braise, et pas une flamme ouverte, dans l’espace de combustion. N’ouvrez la porte que de quelques centimètres et attendez une ou deux minutes avant de poursuivre le processus de chauffage. De cette manière, vous obtiendrez une réduction d'échappement de fumée.

Si, en dépit de ces mesures, il se produisait encore une grande sortie de fumée, cela pourrait avoir d’autres causes. Votre poêle présente éventuellement un tirage trop faible ou une section transversale trop grande, de sorte que la colonne de fumée descend à l’ouverture de la porte. Comparez la valeur de tirage précaunisée dans le protocole d’installation à la valeur minimum préconisée dans le manuel technique. Le cas échéant, consultez votre revendeur ou votre installateur afin de faire effectuer une mesure de tirage. 

La vitre de visibilité se noircit.

La vitre de chaque poêle-cheminée doit être nettoyée au bout de quelque temps, car des ternissures sont inévitables. Si vous constatez déjà au bout d’une courte durée de combustion un encrassement qui ne brûle pas autonomement, cela peut avoir différentes raisons. Un bois de combustion à forte teneur en résine ou un bois humide peuvent provoquer un noircissement de la vitre. Si la cheminée n’a pas suffisamment de tirage, la puissance du poêle est trop fortement réduite ou bien le poêle est exploité trop longtemps avec une puissance trop basse (faible quantité de bûches), la température optimale de combustion ne peut pas être atteinte pour brûler autonomement comme prévu l'encrassement de la vitre. Comparez la valeur de tirage préconisée dans le protocole d’installation à la valeur minimum préconisée dans le manuel tecnique. Le cas échéant, consultez votre revendeur ou votre installateur. Un tirage trop faible ou trop élevé a également une influence négative sur le rinçage de la vitre. S’il se produit en bordure de vitre des points noirs qui se déplacent vers le centre de la vitre et qui deviennent de plus en plus gros, cela peut être dû à une inétanchéité du joint de vitre ou de porte. Dans ce cas, adressez-vous également à votre revendeur, qui fixera à nouveau le joint détaché ou le remplacera.

Ternissure laiteuse de la vitre.

En cas de survenue d’une ternissure laiteuse du verre ne se laissant pas nettoyer, cela est la plupart du temps un signe net de surchauffe. Lorsqu’une vitre se cristallise sous l’effet d’une surchauffe, cela est irréparable, la vitre doit être remplacée. Des détergents agressifs ne doivent pas non plus être utilisés pour le nettoyage de la vitre! Adressez-vous à votre revendeur pour le remplacement de la vitre.

Crépitements dans le système de chauffage.

Ces bruits sont des bruits de dilatation. L’acier se dilate lors de la chauffe et se contracte en refroidissant. Ces mouvements se produisent aussi bien durant les phases de chauffe et de refroidissement que durant la recharge de combustible. Ils peuvent entraîner des bruits de dilatation audibles durant la marche du poêle. Ces bruits sont tout à fait normaux et sont pris en considération lors de la construction de votre poêle-cheminée, de sorte que ce dernier ne subira pas de dommages. Toutefois, si le poêle est surchauffé à la suite de combustibles chargés en trop grande quantité ou en cas de combustible non approprié, il se produit naturellement des bruits de dilatation forts et fréquents. Ne chauffez que comme décrit dans le manuel technique et rechargez le combustible à intervalles aussi courts que possible afin d’éviter de grandes divergences de température et de réduire à un minimum les bruits de dilatation.

Combustibles

{"active":false,"collapsible":true,"heightStyle":"content","event":"click"}

Quel combustible dois-je utiliser?

Selon le premier réglement relatif à l’application de la Loi fédérale sur la protection contre les immissions, seuls des combustibles dégageant peu de fumée peuvent être utilisés dans les poêles-cheminées.

Règle catégorique exclusive pour nos poêles: bûches de bois à l’état naturel, écorce adhérente comprise (humidité résiduelle max. 15 %), briquettes de bois selon la norme DIN 51731 HP2. Dans quelques modèles de poêles-cheminées, des briquettes de lignite peuvent également être utilisées comme combustible. Des bûches de format trop élevé présentent l’inconvénient de brûler sans produire de flamme, c’est-à-dire de ne pas vraiment brûler. Cela entraîne rapidement la formation de suie cristallisée dans le poêle, pouvant dans le pire des cas provoquer un feu de cheminée.

Ce qui est par contre INADMISSIBLE, c’est par exemple de brûler du bois laqué, du bois à revêtement plastique ou du bois ayant subi un autre traitement, des déchets d’écorce,  de matériaux en plaques, de papier, de cartons et de vêtements usagés, de matières plastiques et mousses, de bois traité à l’aide d’un produit protecteur du bois, d’ordures ménagères, de briquettes de papier, de bois humide (humidité résiduelle > 20 %), de granulés, de toutes substances solides ou liquides étrangères au bois.

Nettoyage de l’installation

{"active":false,"collapsible":true,"heightStyle":"content","event":"click"}

De quelle manière et quand dois-je effectuer un nettoyage de mon poêle-cheminée et du conduit de fumée ?

Il est recommandé de soumettre votre poêle-cheminée à un nettoyage complet 1 à 2 fois par période de chauffage (veuillez observer les conseils figurant dans la le manuel technique de l’appareil). La cendre superflue demeurant dans la chambre de combustion peut être éliminée sans efforts à l’aide d’un aspirateur approprié. Également le conduit de fumée installé entre le poêle-cheminée et la cheminée est à nettoyer une fois durant la période de chauffage. Cela s’effectue normalement par l’ouverture de nettoyage du conduit de fumée (couvercle fermé) ou en retirant le conduit de fumée du poêle.

Questions générales

{"active":false,"collapsible":true,"heightStyle":"content","event":"click"}

Un poêle-cheminée peut-il être surchauffé?

Bien que l’entreprise KOPPE produise des poêles-cheminées uniquement à l’aide de matériaux de haute qualité, ces poêles peuvent être surchauffés. La chambre de combustion et le revêtement peuvent être endommagés notamment par l’utilisation d’une trop grande quantité de combustible ou d’un combustible non approprié.

Que signifient air primaire, air secondaire, air tertiaire?

L’air primaire est l’air principal de combustion. Durant la phase de chauffe, l’arrivée d’air primaire doit être complètement ouverte, et elle doit être ensuite adaptée en conséquence à la puissance de chauffage souhaitée après le processus de chauffe (en fonction du tirage de cheminée au bout de 10-15 minutes).

L’air secondaire sert principalement à l’alimentation du nettoyage de la vitre. Il circule le long de la vitre afin d’éviter une production accrue de suie.

L’air tertiaire provient en majeure partie des ouvertures situées dans la partie postérieure de la chambre de combustion et apporte de l’air additionnel lors du processus de combustion. En fonction du type de poêle, on peut atteindre de cette manière une émission de gaz d’échappement réduite.

Questions fréquemment posées concernant les poêles-cheminées à circulation d'eau

{"active":false,"collapsible":true,"heightStyle":"content","event":"click"}

Puis-je exploiter sans eau un poêle-cheminée à circulation d'eau?

Les poêles-cheminées aquifères ne doivent en aucun cas être exploités sans installation de chauffage raccordée et sans accumulateur. Sans eau, une surchauffe est inévitable, ce qui peut entraîner des dommages irréparables. Les joints et les verrouillages deviennent poreux et perdent à la longue leur étanchéité. Tous les dispositifs de sécurité tels que purgeur d’air automatique, sécurité d’écoulement thermique (TAS) ainsi que clapet de sécurité ne sont pas conçus pour des températures supérieures à 100°C, ils sont donc endommagés. Si un poêle-cheminée aquifère est exploité sans remplissage d’eau, cela peut entraîner une destruction totale du corps métallique, ce qui aurait pour conséquence un remplacement du poêle complet.

Ai-je nécessairement besoin d’un accumulateur et quel format doit-il avoir?

Pour tous les poêles-cheminées aquifères produits par l’entreprise KOPPE, nous préconisons un accumulateur présentant une capacité d’au moins 400 litres. Si une installation est exploitée sans accumulateur avec seulement quelques radiateurs, la chaleur générée dans l’échangeur thermique ne peut pas être évacuée, ce qui entraîne également une surchauffe du poêle.

Qu’est-ce qu’une sécurité d’écoulement thermique?

La sécurité d’écoulement thermique est une protection contre la surchauffe. Lorsque l’échangeur thermique atteint une température supérieure à 95°C, un serpentin réfrigérant est rincé à l’eau froide pour éviter que la température d’eau chaude générée dans l’échangeur thermique du poêle ne dépasse 110°C.

Qu’est-ce qu’un clapet de sécurité et pourquoi en ai-je besoin?

Le clapet de sécurité représente la dernière étape de sécurité pour le bac de l’échangeur thermique du poêle. Il doit être en mesure d’empêcher une surpression inadmissible même si les autres dispositifs de réglage, de commande et de surveillance installés en amont font défaillance. Le fonctionnement du clapet de sécurité est à contrôler une fois par an. Pour ce cela, tourner lentement le chapeau à molette rouge en sens inverse des aiguilles d’une montre jusqu’à détachement du clapet. 

Qu’est-ce qu’une élévation de retour et pourquoi en ai-je besoin?

Afin d’empêcher une corrosion au point de rosée et la formation de condensation dans la chaudière, la température de retour du chauffage des poêles à bois doit être maintenue constamment à plus de 65°C. Cela est réalisé à l’aide d’une vanne thermique à trois voies et d’une pompe intégrée, le tout étant également appelé groupe d’élévation de retour. Dans la phase de démarrage, le circuit de chaudière fonctionne d’abord en court-circuit (circuit interne). L’eau chaude montante est directement conduite au retour par le biais d’un by-pass. Lorsque la température de retour de 65°C est atteinte, la soupape de mélange ouvre le circuit de chauffage et d’accumulation et empêche la baisse de la température de retour au-dessous de la valeur réglée par le régulateur de température (position 5-6 = 65°C) lors de la marche ultérieure. Le fonctionnement de la sécurité thermique d’écoulement TAS est à contrôler chaque année. Pour cela, appuyer fortement sur le bouton-poussoir rouge jusqu’à détachement de la soupape (l’écoulement de l’eau froide dans la conduite est perçu acoustiquement).

Instructions d’utilisation

Ici vous les manuels.

Aperçu Manuels

MEDIA CENTRE

 

 

Recherche Poêle
Mes Poêles